Meurtre d’Éva Bourseau à Toulouse : le procès commence ce lundi

Par Simon Cardona, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le procès du meurtre d’Éva Bourseau commence lundi 10 décembre et va durer pendant 15 jours à la cour d’assises de Haute-Garonne. Deux suspects sont poursuivis pour le meurtre de cette étudiante toulousaine, survenu en juillet 2015.

Elle avait été retrouvée morte par les pompiers dans un bain d’acide en aout 2015, une semaine après le drame. Eva Bourseau, jeune étudiante toulousaine aurait été tuée à cause d’une dette d’argent mêlée à une histoire de drogue. Pendant deux semaines, le jury populaire devra démêler le vrai du faux dans cette tragique histoire, avec devant eux, deux accusés : Zakarya et Taha.

Un meurtre à la « Breaking Bad »

Ils sont poursuivis pour avoir tué la jeune femme et pour avoir maquillé la scène du crime,entre autres. Un scénario qu’on ne voit que dans les films ou dans les séries. C’est d’ailleurs la série Breaking Bad qui aurait inspiré Taha, l’un des 2 hommes mis en examen pour meurtre. Lui et son ami de toujours Zacharya s’en seraient pris à la jeune fille pour une histoire d’argent. Elle en devait au dealer de drogues qu’ils avaient tous les trois en commun.

Mais c’est la façon dont ils ont voulu maquiller la scène du crime qui fait froid dans le dos : ils auraient attendu le lendemain du drame avant de passer à l’action : achat d’acide chlorhydrique, d’une malle en plastique, pour faire disparaître le corps. Ils auraient eu aussi l’idée d’enlever toutes les affaires dans l’appartement de la victime pour faire croire à tout le monde qu’Éva s’était évanouie dans la nature.

Sauf que le 3 août 2015, une semaine après la nuit du drame, alertés par la mère d’Éva, sans nouvelle et inquiète, les pompiers entrent dans l’appartement par la fenêtre. Ils trouvent le corps de la victime en état de décomposition dans un bain d’acide. Autour d’elle, un pied de biche, des sacs poubelles et des bidons d’acide vides. Du scotch avait été placé sur le contour de la porte pour empêcher l’odeur d’alerter le voisinage.

La drogue aurait transformé l’état d’esprit des deux jeunes hommes. Après trois ans d’entretien avec Zacharya, j’ai pu voir le temps passant ce garçon sortir d’un état de dépendance aux stupéfiants, avance Maitre Bomstain, son avocat. Il n’a plus rien à voir avec l’homme ravagé par les drogues, qui ne savait plus réfléchir, que j’ai rencontré lors de sa première garde à vue. Aujourd’hui j’ai face à moi le garçon qu’il était il y a longtemps, avec un intellect brillant, mais aujourd’hui détruit par ce qu’il a fait, hanté, et qui doit apprendre à vivre avec ce qu’il a commis. »

Le procès débute ce lundi 9 décembre et va durer deux semaines.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s